Mike Dembeck

Terre-Neuve-et-Labrador

  • Nombre de projets complétés en 2013-2014
  • 1
  • Acres conservées
  • 606
  • Valeur des terres
  • 381 500 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 32
Mike Dembeck

Une agréable surprise à Grassy Place

Depuis des années, les autorités de Terre-Neuve-et-Labrador tentent de savoir si la martre de Terre-Neuve est présente dans le sud-ouest de la province.

En mars 2014, nous avons collaboré avec le scientifique John Gosse, afin de déterminer nous-mêmes si Grassy Place, une réserve naturelle dans le sud-ouest de Terre-Neuve, pouvait être un habitat fréquenté par cette espèce.

Dans le cadre de cette recherche, des dispositifs de collecte de poils ont été placés dans des endroits clés de cette aire protégée, laquelle couvre 3 700 acres (1 497 hectares). Des observations ont également été faites pour relever des pistes de martres dans la neige. Durant le mois mars, John Gosse s’est rendu plusieurs fois en raquette et en ski jusqu’à la propriété isolée pour surveiller l’activité faunique sur les lieux.

L’analyse d’ADN réalisée sur les poils recueillis grâce aux dispositifs a révélé la présence de quatre martres sur notre propriété. Il s’agit d’une bonne nouvelle, puisque nous avons ainsi la confirmation que la population de martres s’étend jusqu’au sud-ouest de l’île de Terre-Neuve.

« Le dernier crampon » - Craigellachie, Colombie-Britannique, Canada.

Un patrimoine naturel cramponné à l’histoire

La photo intitulée « Le dernier crampon » est peut-être l’une des plus célèbres commémorant la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique.

On y voit Sir William Van Horne, debout derrière Donald Alexander Smith, lequel enfonce le dernier crampon dans la voie ferrée transcanadienne.

Après cet évènement, Sir Van Horne est devenu président du Canadien Pacifique puis, en 1900, il fit l’acquisition d’une terre longeant la rivière Crabbes, à Terre-Neuve-et-Labrador. Cette année, la succession de Sir William Van Horne a fait don à CNC de 606 acres (245 hectares) de terre, afin d’en conserver les attributs naturels.

S’étendant de Bonne Baie jusqu’à la vallée de la Codroy, le long de la côte occidentale de Terre-Neuve, de grandes aires contiguës de forêts fournissent certains des derniers habitats de l’île où peut vivre la martre de Terre-Neuve.

La propriété contient surtout des forêts d’épinettes noires, ainsi que des peuplements isolés de pins blancs et de petits peuplements de pins rouges, deux espèces de plus en plus rares dans la province. CNC y fera des travaux d’intendance, dont la gestion et le rétablissement des forêts, en vue de maintenir la santé et la répartition des essences dans toute la zone forestière.

La rivière Crabbes et ses affluents, qui traversent la propriété, forment un écosystème riverain de grande importance, où prospèrent plusieurs espèces végétales rares. La rivière Crabbes, dont les rives sont parsemées d’une flore unique, abrite également quelques bancs de saumons sauvages de l’Atlantique et a d’ailleurs reçu la désignation provinciale de rivière à saumons.

 

L’île de Sandy Point, où nous avons acquis et protégé notre dixième propriété, n’est plus habitée. Or, dans les années 1700, elle était le repaire de pirates et de contrebandiers. Plus tard, elle est devenue le plus important site d’établissement sur la côte ouest de Terre-Neuve.

 

Cartographier le Labrador

Après maintenant plusieurs années de collaboration, CNC et ses partenaires ont parachevé le Labrador Nature Atlas (Atlas de la nature du Labrador), une ressource unique qui concentre l’information sur la biodiversité et permet d’accéder à l’information sur les paysages, la faune et la flore uniques de Terre-Neuve-et-Labrador, ainsi que de la partager.

Le projet avait pour principal objectif de pouvoir organiser, améliorer et partager l’information sur l’environnement et les milieux naturels du Labrador, ainsi que de concevoir de nouvelles façons d’évaluer cette information pour que celle-ci puisse ensuite être examinée et testée en prévision des décisions prises à propos de l’utilisation du territoire. Un partenariat de trois ans établi entre CNC et le Grenfell Campus de l’Université Memorial de Terre-Neuve a permis un libre échange d’information de nature écologique à travers l’atlas. Ce site est un « document vivant » qui peut être mis à jour au fil du temps, au fur et à mesure que de nouvelles informations sont rendues disponibles.

L’atlas pourra être utilisé par des groupes autochtones, des étudiants, des professeurs, des communautés, des professionnels de la gestion du territoire et des experts SIG (système d’information géographique).

David Elliott