NCC/CNC

Nouveau-Brunswick

  • Nombre de projets complétés en 2013-2014
  • 8
  • Acres conservées
  • 635
  • Valeur des terres
  • 267 500 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 97

La polémoine de Van Brunt découverte au Nouveau-Brunswick

Cette année, des biologistes ont découvert la présence d’une petite plante à fleurs dans l’une des aires naturelles de CNC.

Cette plante est l’une des plus rares de la province et figure sur la liste fédérale des espèces en péril.

Rares sont les Canadiens qui en ont déjà entendu parler : il s’agit la polémoine de Van Brunt. En fait, sa seule répartition connue au pays serait au Nouveau-Brunswick et dans les Cantons-de-l’Est, au Québec.

Loin d’être particulièrement voyante, cette espèce pousse dans des milieux marécageux, qui ne sont pas très propices à la randonnée. Elle peut donc facilement passer inaperçue.

Découvrir un peuplement de polémoine de Van Brunt, c’était comme ajouter une pierre à la structure du patrimoine naturel du Nouveau-Brunswick » le biologiste en conservation Josh Noseworthy

Le projet « Pour les amours des orignaux » (The Moose Sex Project) a soulevé l’enthousiasme du public partout dans le monde, faisant les manchettes dans BBC World Update, This Hour Has 22 Minutes de la CBC, ainsi que dans l’Agence France-Presse.

 
Ryan Hagerty

Des orignaux solitaires trouvent l’amour

Depuis qu’il a été lancé en 2012, le projet Pour les amours des orignaux (The Moose Sex Project) a acquis une renommée internationale et il semble que cette popularité ne s’arrêtera pas de sitôt.

Grâce à un généreux don offert par Kenneth et Daniel Lund, nous avons pu assurer cette année la protection d’une propriété de 206 acres (84 hectares) sur l’isthme de Chignectou. L’organisation Open Space Institute, domiciliée aux États-Unis, a aussi fait un don qui nous aidera à mener des travaux d’intendance.

Au cours de la dernière année, nous avons également protégé 315 acres (128 hectares) supplémentaires dans la région, portant à 521 acres (211 hectares) la superficie totale de terres conservées du côté néo-brunswickois de l’isthme de Chignectou en 2013-2014.

NCC/CNC
Saint-Isidore Mayor Oscar Roussel, Paquetville Mayor André Gozzo, Yvon Cormier, Volunteer with Nature Conservancy of Canada Atlantic Board of Directors, Germain Blanchard, President of the Acadian Peninsula Community Foundation, Paula Noel, Nature Conservancy of Canada Program Manager, Denise Roy,  Nature Conservancy of Canada Conservation Representative, Claude Landry, former New Brunswick MLA, Jean-Charles Chiasson, Director General, Acadian Peninsula Community Foundation, Denis Landry, New Brunswick Natural Resources Minister

Un effort collectif pour la conservation

Au cours des dernières années, CNC a d’ailleurs travaillé en étroite collaboration avec des propriétaires fonciers, des communautés et divers paliers de gouvernement au Nouveau-Brunswick pour atteindre ses objectifs en conservation.

Cette année, la Société de développement régional du gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé l’octroi d’un financement de 250 000 $ par année pour deux ans, qui servira à soutenir le travail que CNC accomplit dans la région nord-est de la province.

De plus, grâce à la collaboration du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Moncton, notre Réserve d’oiseaux de rivage et centre d’interprétation de Johnson’s Mills est maintenant dotée d’une nouvelle passerelle et d’une terrasse d’observation, construites par les étudiants du programme de menuiserie.

À l’échelle locale, les efforts de CNC visant à partager de l’information avec des organisations et des propriétaires fonciers ont reçu l’appui du Programme d’intendance de l’habitat d’Environnement Canada.