NCC/CNC

Manitoba

  • Nombre de projets complétés en 2013-2014
  • 9
  • Acres conservées
  • 1 800
  • Valeur des terres
  • 1 287 100 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 110

Plus rare qu’un panda

L’hespérie de Poweshiek, une espèce de papillon jadis répandue, est maintenant disparue de 95 pour cent de son aire de répartition au pays.

Ce papillon est donc devenu trois fois plus rare que le panda et il figure parmi les animaux les plus menacés de disparition au monde. Toutefois, très peu de gens connaissent son statut précaire, même si cette espèce était l’une des plus répandues dans les prairies autrefois.

L’espèce a été inscrite sur la liste des espèces en voie de disparition au Manitoba en 2012 et figure également sur la liste des espèces menacées au Canada. Sa présence a été notée dans seulement 17 champs du sud-est du Manitoba, principalement dans l’aire naturelle de la prairie à herbes hautes de CNC. De l’autre côté de la frontière, aux États-Unis, les quelques populations les plus proches ont été recensées sur un très petit nombre de sites dans le Wisconsin et le Michigan.

Des chercheurs de tous les coins de l’Amérique du Nord tentent de déterminer les causes de l’effondrement de la population d’hespérie de Poweshiek.

La Réserve des prairies à herbes hautes de CNC est un laboratoire vivant pour les chercheurs qui cherchent des indices expliquant ce déclin. Un chercheur du zoo du Minnesota avait aussi pour mission de recueillir des œufs, dans le cadre d’un programme de reproduction en captivité de l’espèce. Les chercheurs souhaitent pouvoir introduire au zoo des populations reproductrices et établir ainsi une sorte d’assurance contre l’extinction de l’espèce.

7 317 étudiants manitobains en savent maintenant un peu plus sur l’écosystème des prairies à herbes hautes, grâce aux 235 sorties éducatives et présentations que nous avons offertes en 2013-2014 par l’intermédiaire de notre programme d’éducation et de diffusion.

NCC/CNC
 

Un autre type de rassemblement éclair (flash mob)

Récemment, 200 bovins ont été amenés sur les terres de Riding Mountain House Project, dans la vallée de la petite rivière Saskatchewan, pour un rassemblement éclair d’un autre type : une activité d’intendance appelée « pâturage de masse » (mob-grazing).

Pendant 42 jours, Jean Rosset, chargé de projet à CNC, a travaillé avec un producteur pour mener du bétail en rotation dans sept pâturages, afin que les bêtes puissent brouter la végétation excessive et piétiner le sol. L’action de leurs sabots et du fumier a favorisé la dispersion d’importants éléments nutritifs dans le sol et stimulé la croissance d’une nouvelle végétation dans ces pâturages.

Ces vastes prairies contiennent plusieurs milieux humides et font partie d’un projet de conservation beaucoup plus vaste de CNC, le Riding Mountain House Project. Dans le cadre de cette initiative, CNC a restauré plus de 100 milieux humides qui avaient été drainés en leur rendant leur niveau d’eau originel. La végétation a repris ses droits et colonisé ces milieux et les alentours.

Par ailleurs, dans les hautes terres, les sommets des collines étaient très argileux et avaient donc grandement besoin d’être nourris.

Jean Rosset, en collaboration avec les producteurs locaux, prévoit poursuivre le travail en appliquant diverses méthodes pour l'intendance des terres, avec l'espoir que la végétation et la richesse du sol pourront redevenir ce qu'elles étaient autrefois.

NCC/CNC

Un vent d’espoir pour le monarque

Partout en Amérique du Nord, un nombre croissant de scientifiques s’inquiètent de la situation du papillon monarque, une espèce considérée comme préoccupante par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

À la fin du mois de janvier 2014, des scientifiques du Mexique ont signalé que le nombre de monarques n’avait jamais été aussi bas depuis le début de leur étude en 1993.

Au cours des dernières années, Julie Sveinson Pelc, directrice des programmes d’intendance à CNC au Manitoba, a dirigé un projet réalisé en partenariat avec le programme ÉcoHéros (Earth Rangers) ainsi que la fondation W. Garfield Weston et visant à rétablir les prairies à herbes hautes pour aider des monarques. Œuvrant en collaboration avec Prairie Habitats Inc., CNC a établi un plan quinquennal avec pour objectif le rétablissement de 100 acres (40 hectares) d’une ancienne terre agricole au sein de la Réserve des prairies à herbes hautes, dans le sud-est du Manitoba.

Madame Pelc et son équipe ont préparé le site et recueilli des semences indigènes à la région qui seront réparties dans les aires restantes, selon les besoins.

Le site de rétablissement du monarque est situé juste au sud du Centre d’interprétation des prairies à herbes hautes de la famille Weston, lequel a ouvert ses portes au public en juillet 2013. CNC prévoit y aménager un nouveau sentier de randonnée qui aura pour thème le monarque et qui traversera le site de rétablissement. Le centre offrira des ateliers et des conférences dans le cadre desquels les visiteurs pourront s’initier à la création de leur propre jardin des prairies, en vue d’aider les papillons monarques.